Archives par mot-clé : CIAP BAYONNE

CIAP de bayonne – 3 FILMS et une pièce sonore DE aurélia NEBOUT

Dès son ouverture au public, et lorsque seront levées toutes les restrictions sanitaires liées à la pandémie, les curieux, les amoureux de la ville de Bayonne, les friands de culture et d’histoire ne manqueront pas de se rendre au Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine (CIAP) de Bayonne : Lapurdum.

Parmi les multiples et riches découvertes mises à la disposition du public qui nous éclaireront sans doute sur les différentes évolutions technologiques, culturelles, commerciales et urbaines de cette magnifique porte maritime qu’est Bayonne à travers les mutations dont la capitale Labourdine sut faire preuve au cours de l’histoire jusqu’à nos jours, on pourra notamment visionner une série de 3 films inédits réalisés par la vidéaste, Aurélia Nebout, auteure également  d’une pièce sonore de 7’30 intitulée « Au creux des pierres »  qui sera diffusée dans la « cave gothique » du CIAP en quadriphonie et en versions Française, Anglaise, Espagnole, Basque (Euskara) et Gasconne.  

Ces trois films ont pour vocation de nous donner l’occasion de porter un regard plus attentif qu’à l’accoutumé sur deux quartiers de la ville hors du centre historique, puis de voyager un peu dans le temps et l’espace géographique de la ville fluviale et portuaire.

***

« ARCHITECTURE DU XXe SIECLE : LE QUARTIER DES ARENES » Proposé en versions Française, Anglaise, Espagnole, Basque (Euskara) et Gasconne. Durée 4’31 – Intervenants : Sophie Lefort, guide conférencière à la ville de Bayonne. Claude Laroche, Historien de l’architecture, chercheur à l’Inventaire général du patrimoine culturel, Région de Nouvelle-Aquitaine

On pourra donc s’informer, rêver et se balader dans le beau Quartier des Arènes en visionnant un film très instructif qui a pour objet les modèles architecturaux des bâtis résidentiels de ce quartier, leur homogénéité et leurs sources d’inspirations Basques et Gasconnes, ou même Art déco.

***

« ARCHITECTURES DU XXe SIECLE : LES HAUTS-DE-SAINTE-CROIX ET L’ARCHITECTURE BREUER » Proposé en versions Française, Anglaise, Espagnole, Basque (Euskara) et Gasconne. Durée 4’39 – Intervenants : Arotça Renée, habitante du quartier. – Pablo Garcìa Astrain, Architecte.

Dans cet autre documentaire (un petit bijou de sensibilité), on assistera (presque) à la naissance du Quartier des Hauts-de-Sainte-Croix, dont la conception et la réalisation furent confiées en 1964 – sous l’impulsion du ministre de la Culture de l’époque, André Malraux – à l’architecte et designer Marcel Breuer auquel il faut associer Jean Barets, ingénieur en chef à la Compagnie Française d’Engineering Barets (COFEBA) pour le concept structurel de l’ensemble. Le témoignage d’une résidente, qui compta avec sa famille parmi les premiers locataires de la ZUP (zone à urbaniser par priorité), est formidable.

***

« BALADE AU FIL DE L’EAU, LE PORT D’HIER À AUJOURD’HUI » Durée : 09’52 Récitant : Frédéric Kneip

À ne pas manquer non plus, ce film de 10 minutes au cours duquel l’œil de la vidéaste glisse le long des quais de la Nive et de l’Adour en évoquant subtilement leurs fonctions d’autrefois et les constantes transformations de ces infrastructures au cours du temps. La ville s’anime, chante et travaille. On entend les bruits des chantiers de construction navale. Ça sent le brai et la marée. Des figures illustres, corsaires-baleiniers, ingénieurs, érudits, soldats ou poètes, sont à juste titre cités et associés à la séculaire renommée de Bayonne. Les images de la ville et de ses « ports » intérieurs, d’hier et d’aujourd’hui, se  succèdent, se chevauchent, se juxtaposent, se mettent en rapport, et parfois résument en un éclair la concordance entre l’aventure passée et contemporaine, et ce, dans une lente descente de la caméra le long du fleuve vers son embouchure, jusqu’au port maritime actuel.

On appréciera, je pense, ces 3 films d’Aurélia Nebout.

Dans la démarche de l’artiste – sa méthode -, de belles promesses semblent poindre, comme par exemple, je crois, cette imperceptible intention de l’artiste nous invitant à regarder avec attention ce qui est montré, je veux dire ce que sa pratique de vidéaste fait naître en nous comme images pouvant éclairer à leur tour la narration.

Ainsi, attentifs à l’interaction de nos images (qui portent elles aussi le regard d’une mémoire) avec celles du film, Aurélia Nebout nous murmure que nous pouvons faire entrer en résonnance avec notre conscience ce qui dans « l’en-de-ça » du visible reste ordinairement opacifié par le voile du récit ; que le « dire » alors peut s’effacer pour laisser place au seul regard, et que seul, finalement, le regard est l’œuvre.

Gilles VENIER

« ARCHITECTURES DU XXe SIECLE : LES HAUTS-DE-SAINTE-CROIX ET L’ARCHITECTURE BREUER » Réalisation / Image / Montage : Aurélia Nebout. Etalonnage : Mélody Gottardi. Mixage : Matthieu Cathelineau.Image drone : Aurélia Nebout

« BALADE AU FIL DE L’EAU, LE PORT D’HIER À AUJOURD’HUI » Réalisation / Image / Montage : Aurélia Nebout. Etalonnage : Mélody Gottardi. Son / Mixage : Matthieu Cathelineau.Comédien voix off : Frédéric Kneip.Image drone : Clémence GomezLes films d’en haut.Infographie : Geoffroy Groult

« ARCHITECTURE DU XXe SIECLE : LE QUARTIER DES ARENES » Réalisation / Image / Montage : Aurélia Nebout. Etalonnage : Mélody Gottardi. Mixage : Matthieu Cathelineau.Image drone : Clémence GomezLes films d’en haut

« Au creux des pierres » Pièce sonore réalisée par Aurélia Nebout. Sound design et Mixage : Matthieu cathelineau

Versions Française, Anglaise, Espagnole : Camille Panonacle

Versions Gasconne : Coralie Nazabal

Version Basque : Amaia Hennebutte

Site de la vidéastehttps://www.pana-m.com/accueil