Archives par mot-clé : Caméras animales

Chroniques réécrites – La spirale de la parole – Guillaume Bergon

La spirale de la parole de Guillaume Bergon – Éditions Caméras animales

 

De la lecture de ce texte, on ressort épuisé, l’esprit presque défait.
Mais l’intention de l’auteur n’a-t-elle pas précisément pour but de nous entraîner dans une lecture basse d’abord puis, au fur d’imprégnation rythmique, dans une sorte de vortex qui nous enivrerait au point ne plus trop savoir ce que l’on est en train de parcourir de cette spirale?
Dans une autre critique de ce texte, je crois avoir évoqué une lecture asphyxiante. Je préfère plutôt parler aujourd’hui d’une lecture littéralement saturée, en prise avec un incessant flux nominal.
D’où peut-être cette impression d’immense fatigue pour avoir été confronté à une forme d’expression qui en quelque sorte se nourrirait d’elle-même et, semblable à une transe extatique, s’ouvrirait sur un néant, une non-pensée ou pour le moins, une sidération de la pensée.
Sommes-nous confrontés à une œuvre d’art ? Ce qui est sûr -à mon sens-, c’est qu’en faisant ainsi front à la pensée, en la malmenant et la défiant, l’écriture prend sous cette forme le risque de s’éloigner de la parole ; ce que le titre du livre semble pourtant vouloir démentir. C’est donc bien de l’imminence d’un néant dont il pourrait être question dans ce texte derviche, d’un tournoiement à l’à-pic du vide rarement ainsi approché ; autrement dit, ce qu’on ne préférerait autant pas apercevoir du vide, alors que nous girons tous vers cette totalité.
Y a-t-il lieu alors d’y deviner les signes avant-coureurs d’une métamorphose de la pensée ?

À la réflexion, je ne crois pas.
Reste qu’une telle expérience de lecture, pour déconcertante qu’elle puisse être, est vraiment à risquer.

R.N

http://www.camerasanimales.com/livre06.html

Sonopsies – Editions Caméras animales

Entité sonore très particulière, il faut d’abord écouter le contenu de ce disque comme si, munis d’un stéthoscope, nous étions capables d’ausculter le corps d’un silence, devinant peu à peu son thrill artériel, son murmure respiratoire. Au rythme des créations qui s’y succèdent, on découvre en effet tout un univers singulier, une matrice d’improbabilités, de risques, donc de rêves et d’actions.

J’y ai entendu beaucoup de respirations et de souffles familiers, je veux dire des respirs proches de ceux qui traversent mes recherches.
En outre, j’y ai aussi vu nombre de visages que l’esprit disputait à la matière.

Plasma musical expérimental très proche de la poésie, participant d’une même combustion lente mais radicale, ce fleuve sonore -que des paroles traversent comme des répétitions idéiques-, se comporte tel un agent métamorphique agissant sur les organes des sens tout en empruntant à la réalité ses essences primordiales : contingence, nécessité et chaos.

L’exploration réitérée et forcément subjective m’a fait revenir sur les rives hallucinantes des coulées laviques N°2 – Savant Stifleson pour Agglutina N°6- ElFuego Fatuo pour Il paraît N°8 Mushin N°13-Sun Thief pour Saturnalis (Lights Return) N°14- Méryl Marchetti pour Impro2 N°16- Thierry Théolier pour Morts priez pour les vivants, ils ne veulent plus être des Dudes.

C’est un très bel objet poétique qui montre, à qui veut bien entendre et voir, les issues possibles pour en finir de téter aux mamelles de notre préhistoire le lait des fictions, de l’égoïsme, et du cynisme dévoyé.
Les grandes lignes du mouvement Mutantiste se distinguent de plus en plus clairement à travers la publication de Sonopsies.
R.N

http://www.camerasanimales.com/label/